Une réponse
aux enjeux agricoles

La méthanisation agricole est une opportunité de créer une activité économique de diversification pour les exploitations agricoles en s’inscrivant dans une démarche énergétique, environnementale, agronomique et territoriale: 

Créer de la valeur dans les exploitations agricoles

Dans un contexte agricole difficile, la méthanisation permet aux exploitations agricoles une diversification vertueuse. Ce débouché est un gage de sécurité pour pérenniser l’installation de 3 jeunes agriculteurs.

Créer de la valeur localement

Le surcroit de travail exigé par cette nouvelle activité permettra aux exploitations agricoles de recruter : au moins 3 CDI seront à pourvoir au sein de nos fermes et 1 sur le site de méthanisation. Plaines de France Energie fera également appel à de nombreuses sociétés locales de travaux agricoles et de transport. 

Amplifier l’agro-écologie

Parallèlement à son rôle dans les réductions des gaz à effet de serre, la méthanisation a également d’autres vertus en agro-écologie. Elle permet en effet de réduire à la fois l’utilisation des produits phytosanitaires et le lessivage des sols grâce à de nouvelles méthodes culturales. De plus, le digestat, produit à l’issue de la production du gaz, est un excellent engrais qui pourra se substituer à l’engrais de synthèse. 

 

Valoriser les matières organiques agricoles du territoire

  • Intercultures agricoles, appelées CIVES
  • Co-produit de la culture de la betterave sucrière : la pulpe, issue de la sucrerie de Chevrières
  • Issues de silos de la coopérative Valfrance à Saint Mard et Le Plessis Belleville

Les CIVE, cultures intercalaires, non alimentaires

Les Cultures Intermédiaires à Valorisation Énergétique (CIVE) sont des cultures positionnées entre 2 cultures principales destinées à l’alimentation. Elles n’entrent donc pas en concurrence avec les cultures alimentaires puisqu’elles sont cultivées sur des sols qui auparavant étaient laissés nus entre 2 cultures alimentaires (principales). Enfin, pour laisser place aux cultures principales elles sont récoltées immatures (avant la formation définitive des grains) et sont donc impropres à l’alimentation.

Les CIVE ont de nombreux avantages pour les agriculteurs mais aussi pour la collectivité :

  • limitent le lessivage de l’azote pendant l’hiver et préservent ainsi la qualité de l’eau en jouant le rôle de couverts végétaux pour ne pas laisser le sol à nu,
  • améliorent la qualité des sols en structurant le sol pour la culture suivante
  • produisent de la biomasse pour un usage énergique local non délocalisable
  • captent le carbone de l’atmosphère qui retourne ainsi au sol par photosynthèse

Un engrais organique de qualité pour le territoire

La matière résiduelle issue de la méthanisation (matière non transformée en gaz), est riche en éléments fertilisants (organiques et minéraux).

Nos terres agricoles pourront être amendées par cet engrais d’excellente qualité. Nous fertiliserons nos parcelles de betteraves, blé, maïs, orge et seigle dans un rayon de 12 km. L’utilisation de l’engrais organique permettra de réduire les dépenses et l’utilisation actuelle en engrais de synthèse importés.

Des précautions spécifiques sont prises pour optimiser l’épandage de l’engrais organique produit par l’unité de méthanisation.

Une énergie 100% renouvelable pour le réseau de gaz

Notre filière de méthanisation produira du biométhane, un gaz 100% renouvelable équivalent au gaz naturel.

Il sera injecté dans la canalisation de transport de gaz GRDF qui passe à Marchémoret, contribuant directement à l’indépendance énergétique du territoire.

La production continue de gaz correspond à l’équivalent de  la consommation moyenne de gaz de 2000 logements neufs.

Le choix d’un site d’implantation : central et intégré dans son environnement

Notre unité de méthanisation a pour but de produire une énergie propre tout en respectant la vie de nos riverains.

Le choix du site a donc dû répondre aux critères suivants:

  • Un accès au gaz
  • Un isolement vis à vis du voisin
  • Une intégration dans le paysage existant

Le choix s’est donc porté sur une parcelle située à 1 km de toute habitation, cultivée par l’un de nous 3 à Marchémoret.

Le site occupera moins de 2 hectares et sera entouré d’arbres d’essences locales pour une meilleure intégration paysagère.

L’accès se fera par un chemin rural existant, desservi par la route départementale 401 via un aménagement adéquat.

Et la mise en service, c’est pour quand ?

Une réglementation à respecter

En tant qu’unité de valorisation de la matière organique, notre installation est soumise à la réglementation ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement), et devra faire l’objet d’un dossier de demande REGIME-ICPE auprès des services de l’Etat.

Ce dossier contient notamment une étude d’impact, imposant des contraintes strictes vis-à-vis des odeurs, du bruit, des matières entrantes et de leur stockage, de l’épandage agricole de l’amendement, etc. L’unité doit également faire l’objet d’un permis de construire.

Calendrier

Après 12 mois d’étude de faisabilité et 6 mois de démarches administratives, nous comptons mettre le site en service, à l’issu des 12 mois de construction, au premier semestre 2021.

Septembre 2019 - Dépot de la demande ICPE
Juin 2020 - Début de la construction
Juin 2021 - Mise en service